Prélude à un Au revoir

Publié le par Jean-Yves - Prélude à un Au revoir.

Prélude à un Au revoir

 

 

"L'espoir est le plus gros mensonge qui soit, et c'est le meilleur. On doit continuer à avancer comme si c'était tout ce qui compte, autrement on ne peut plus aller de l'avant"

 

"Quelques fois les gens pensent être arrivé au moment ou s'offre à eux la dernière chance d'être quelqu'un d'autre et ils se lancent. Si ça ne marche pas ils passeront le reste de leur vie à regarder derrière eux ce qui aurait pu être."

 

"Les gens avancent dans leur vie parfois sans penser vraiment à ceux qu'ils font. Les jours s'enchainent et ils sont de plus en plus tristes et seuls sans qu'ils sachent exactement pourquoi ils sont si tristes ou si seuls. Puis il se passe quelque chose, ils rencontrent quelqu'un qui a un certain style ou bien une façon particulière de sourire. Peut être que tomber amoureux ca se résume à ça : trouver quelqu'un qui vous fait vous sentir un peu moins seul."

 

"Connaissez-vous ce sentiment qu'on éprouve lorsqu'on ose traverser une pièce plongé dans le noir ? Cette excitation avec la certitude, l'absolue certitude, qu'on ne risque rien. Il y a des gens qui doivent choisir leur pièce avec soins, ils doivent rechercher un endroit ou la crainte ne sera que superficielle. Mais il y en a d'autres qui sont loin d'avoir cette chance."

 

"Les gens reviennent chez eux pour des tas de raisons. Ils reviennent pour se souvenir, ils reviennent parce qu'ils n'ont pas d'autre endroit ou aller, ils reviennent quand ils sont perdus, ils reviennent parce qu'ils sont fiers, ils reviennent pour trouver la porte qui s'ouvrira sur leur passé ou le chemin vers leur avenir. Ils reviennent pour des tas de raisons et ils reviennent toujours pour dire adieu."  

 

"Le monde est fait des grandes et des petites choses qui nous arrivent et ce qui est parfaitement injuste c'est de les qualifier de grandes ou de petites. Car lorsqu'un événement survient, lorsqu'on perd quelque chose ou quelqu'un qu'on aime vraiment, il n'y a plus que cela qui compte, la Terre peut s'arrêter de tourner on s'en fiche, on s'en fiche complètement."

 

"Nous préférons tous penser que nous maitrisons les événements de notre vie. La plupart du temps nous arrivons à nous convaincre que nous la dirigeons réellement. C'est alors qu'un événement survient pour nous rappeler que le monde est régit par ses propres lois, non par les nôtres, et que nous ne faisons que passer."

 

"Il y a des moments où on vit dans l'angoisse du matin au soir, jour après jour. Lorsque les gens ont peur ils réagissent de manières très différentes : ils se battent ou ils s'enfuient. Ils détruisent ce qui leur fait peur ou ils mettent la plus grande distance possible entre eux et ce qui leur fait peur, ils s'arrangent pour en faire une chimère qu'ils peuvent détruire avec des jouets d'enfants"

 

"Il y a des gens qui passent leur temps à attendre quelque chose qui changera leur vie. Ils voudraient avoir le pouvoir ou l'amour ou les réponses à leurs grandes questions. Je pense qu'en fait ce qu'ils voudraient c'est une deuxième chance ; c'est vivre une autre vie dans laquelle toute leurs erreurs passées seraient effacées et ou ils pourraient tout recommencer ; rien de mauvais ne leur serait arrivé et tout serait encore possible."

 

Comment faire pour accepter le départ de quelqu'un ? Comment faire pour comprendre que c'est bien ? Que rien n'est éternel ? Comment trouver un moyen d'aimer la vie après ça ? Au lieu d'en avoir le cœur brisé, la chose la plus difficile à apprendre c'est : comment se dire au revoir.

 

(source : voix-off de la mini-série deSteven Spielberg - "Taken" pour le titre version originale, Disparitions pour le titre Français.)

 

 

 

 

0292_Inspiration-August-Macke-Magasin-aux-chapeaux.jpg 

 

 

 

 

 

 


Les articles de la Communauté La Vitrine du Libraire

Publié dans CITATION

Commenter cet article