Extraits - Et Nietzsche a pleuré - Irvin Yalom

Publié le par Jean-Yves - Extrait -Et Nietzsche a pleuré - Irvin Yalom

 

Extraits - Et Nietzsche a pleuré - Irvin Yalom

 

 

 

 

[...] page 118  -édition "Le livre de poche "

«Quelle ardeur à trouver la vérité ! Pardonnez-moi, professeur Nietzsche, si mes propos vous paraissent offensants, mais nous sommes convenus de converser en toute honnêteté. Vous parlez de la vérité avec feu, comme s'il s'agissait de substituer une religion à une autre religion. Permettez-moi de me faire l'avocat du diable et de vous demander : pourquoi une telle passion, une telle vénération pour la vérité ? En quoi cela pourrait-il être utile à ce patient que j'ai vu ce matin ?

- Ce n'est pas la vérité qui est sacré, mais la quête de sa propre vérité ! Existe-t-il acte plus sacré que la recherche de soi ? Mon œuvre philosophique, disent certains, est bâtie sur du sable : mes opinions évoluent en permanence. Mais l'un de mes principes gravés dans le marbre est le suivant : "Deviens qui tu es." Comment peut-on découvrir qui l'on est, et ce que l'on est, sans la vérité ?

- Mais la vérité, c'est que mon patient n'a plus que quelque temps à vivre. Dois-je lui offrir cette connaissance de soi ?

- Le vrai choix, le seul choix, ne peut s'opérer qu'à la lumière de la vérité. Comment pourrait-il en être autrement ? »

[...]

 

[...] page 119  -édition "Le livre de poche "

«Et le patient que j'ai vu ce matin ? [...] ...mon patient, par exemple. Songez à  sa situation : il n'a plus que quelques jours, quelques semaines à vivre ! Quel intérêt y a-t-il à lui parler de choix ? »

Impassible, Nietzsche répliqua immédiatement : «S'il est sur le point de mourir, comment votre patient peut-il choisir sa manière de mourir ?

- Sa manière de mourir, professeur Nietzsche ?

- Oui, il doit savoir comment affronter la mort : parler aux gens, donner des conseils, dire les choses qu'il n'avait jamais dites, prendre congé des autres, ou bien rester seul, pleurer, défier la mort, la maudite, la remercier.

- Vous évoquer là un idéal, une abstraction ; or je dois m'occuper d'un homme unique, de cet homme en chair et en os. Je sais qu'il va mourir bientôt, et dans d'atroces souffrances. Pourquoi lui ? Avant toute chose l'espérance doit être entretenue. Et qui d'autre, sinon le médecin, est en mesure de faire cela?

- L'espérance ? Mais l'espérance est le pire des maux ! »

[...]

 

[...] page 156/157  -édition "Le livre de poche "

Mais je vous donne ma parole que je ne vous ai rien dissimulé de votre état de santé. Et vous ? Je vous rappelle que nous avons scellé un pacte d'honnêteté mutuelle. Dites-moi : que me cachez-vous ?

- certainement rien de mon état de santé, répondit Nietzsche. Mais je cache le plus grand nombre possible de mes pensées que je ne veux pas voir partagées ! Vous parliez d'une conversation où rien ne serait caché : cela s'appelle l'enfer, si je ne m'abuse. Se dévoiler devant quelqu'un est le prélude à la trahison, et la trahison engendre la maladie, n'est-ce pas ?

[...]

 

 

Article précédent : http://culture-jym.over-blog.fr/article-et-nietzsche-a-pleure---irvin-yalom-48113647.html 







source : http://www.galaade.com/oeuvre/et-nietzsche-a-pleure Friedrich-Nietzsche.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Les articles de la Communauté La Vitrine du Libraire

 


Publié dans LECTURE-POESIE-HAIKU

Commenter cet article

mom 19/04/2010 20:16


merci de ta visite bonne soirée


Jean-Yves 20/04/2010 11:02



C'est toujours un plaisir !
Bonne journée
Jean-Yves



JOe 19/04/2010 12:05


Mes bras et mon cou m'empêchent toujours de commenter comme je le voudrais!

Je n'ai pas trop aimé les mises en scène, tu t'en doutes. Par contre j'aime bien le tableau 413 "Babel".

Bizzzzzzzzzz


Jean-Yves 19/04/2010 13:44



Je suis bien triste pour toi !
Oui, c'est ce que j'expliquais à REM, j'ai beau les tordre dans tous les sens je fini toujours par tomber sur des papillon.
Bises et repose-toi
Jean-Yves



edith de Bretagne 19/04/2010 10:19


merci beaucoup ..j'ai envie de le lire . Tu as parlé de lou Andréas Salomé. J'ai lu une bio d'elle par Françoise Giroud. ' Lou, une femme libre'.
Un livre à ajouter sur ta liste hihi!!!
Bises


Jean-Yves 19/04/2010 13:32



Merci Edith,
Je vais voir si je le trouve dans un de mes endroits de prédilection littéraire...
Et, un de plus !
Merci
Bises
Jean-Yves



lili 18/04/2010 11:23


Oh la la Jean-Yves tu nous entraînes dans les profondeurs de notre "MOI" !!! gros bisous


Jean-Yves 19/04/2010 13:26



C'est un pur plaisr pour moi de lire ce livre !
Bisous
Jean-Yves