C'était mon frère... (extraits) Judith Perrignon

Publié le par Jean-Yves - C'était mon frère - Judith Perrignon

C'était mon frère...
Théo et Vincent Van Gogh
(extraits)
Judith Perrignon


 



Étant très lent à lire, cela dit j'ai quelques livres en cours en même temps, j'aime passé de l'un à l'autre, je vous livre quelques extraits de "C'était mon frère... théo et Vincent Van Gogh" de Judith Perrignon,





[...]       "Que le murmure des tournesols t'accompagne, qu'il te rappelle la lumière, la couleur des blés, les arbres qui se découpent le soir alors que le ciel se déploie, plein d'étoiles.

Tu m'as écrit que dans la vie du peintre, la mort n'est pas ce qu'il y a de plus difficile. Tu disais qu'un peintre qui s'en va parle à une génération suivante. Sache que la mort est plus noire que l'image que tu en avais." [...]

 

[...]       "Il y avait un livre que nous lisions enfants, le livre d'images sans images d'Andersen. Le conteur vit dans une petite mansarde semblable à la tienne, et, chaque soir, la lune vient le voir, lui décrit les paysages et les hommes, ceux des bords du Gange, du Groenland, du Sahara, des ruines de Pompéi, elle lui murmure : "Peins ce que je te raconte et tu auras un beau livre d'images."

Mais toi, tu peignais que ce que tu voyais ! Tu t'en allais même capturer la Lune... Tu emportais du jaune, du bleu, du violet, jamais de noir pour la nuit, et tu t'installais sous un bec de gaz.

Il y a des étoiles qui sèchent, suspendues à l'autre mur. La trace de ton pinceau est encore fraîche. Je reconnais ton geste, à la fois rapide et insistant, je vois tes convulsions dans l'épaisseur de la couleur. Et ton oil aux commandes, infatigable jouisseur."[...]

 

[...]       "Elle dit tout bas qu'elle est heureuse qu'il ait eu un frère à ses côtés pour lui fermer les yeux. que dans certaines de ses dernières lettres, il parlait de son envie de revoir les siens.

 

            La peinture est un monde en soi. J'ai lu quelque part, l'année dernière, qu'écrire un livre ou faire un tableau, c'est comme avoir un enfant. Je n'ose pourtant pas m'approprier le propos. J'ai toujours trouvé que la dernière de ces trois choses était la plus naturelle et la meilleure, en admettant que le propos soit vrai, et que les trois choses soient égales.

            C'est pour cela que je fais parfois de mon mieux, bien que ce travail-là soit justement le moins compris, et c'est pour moi l'unique lien qui relie le passé au présent. "[...]

 



 

 

source photo : http://www.fnac.com

 




Publié dans LECTURE-POESIE-HAIKU

Commenter cet article

JOe 13/10/2009 11:32


Ben l'extrait que tu nous offres, me donne vraiment envie de lire le livre. Il est vrai que pour certain créer une oeuvre est comme avoir un enfant mais je pense qu'il faut être parents pour savoir
qu'il n'y a aucune comparaison possible. Bizzzzzzzzzz


Jean-Yves 13/10/2009 13:08



Merci JOe
N'ayant pas d'enfant je ne le saurais jamais.
Bisous
Jean-Yves



corinne 09/10/2009 23:51


mais tu sais on peut lire de différentes façons
regarde toi tu es éditeur, et un créateur
 et nous nous devons lire dans tes magnifiques couleurs

bonne nuit


Jean-Yves 12/10/2009 06:02



Merci Corinne,
Je ne l'avais pas envisager sous cet angle très poètique.
Et en même temps une belle coïncidence j'ai acheté la semaine passée un livre "Comment lire un tableau ?" !
Bonne semaine
Bisous
Jean-Yves



iriwin 09/10/2009 13:17


Bonjour Jean Yves
depuis longtemps déjà la vue nous a fait défaut
pour trouver le chemin
de nos espaces "non clos"
timidité
paresse
lassitude
ou quelqu'autre secret
a fait les deux chemins se borner d'ornières

mais en passant dans les lieux
je laisse une pluie de la petite étoile qui jadis errait.......


Jean-Yves 09/10/2009 13:47



Hello ma poètesse,

Je viens de m'apercevoir que je n'étais pas abonné à ton nouveau blog. Voilà sans doute la raison de mon absence, je pensais que tu avais déserté la toile...
Je vais aller faire un tour dans ton espace non clos, sans timidité, paresse je ne connais pas ce mot, lassitude ça peut arriver.
Quand aux peties étoiles elles sont toujours les bienvenues tu peux en clairsemer autant que tu veux.
Gros Bisous
Jean-Yves



cerisette 09/10/2009 10:10


un copier coller pour vous souhaiter une bonne journée , je dois faire vite car je squatte l'ordi des voisins
bisous


Jean-Yves 09/10/2009 11:06



Il sont gentils ces voisins  hi hi hi!
Bisous
Jean-Yves



TRINITY :0023: 08/10/2009 14:39


Tu es peut être lent à lire mais tu lis, je ne sais pas ce qu'il m'arrive mais je n'ai plus retouché un seul bouquin depuis le mois de juin !
Il faut dire que je veille tellement tard et qu'ensuite les médicaments ont raison de moi alors je m'effondre sans pouvoir ouvrir un livre !!!
C'est un je me laisse allser...
Gros bisous
Trinity


Jean-Yves 08/10/2009 15:11



Quand le corps ne suit plus on ne peut rien y faire, c'est pourquoi ma production de pastel à sensiblement diminuer. Bien que le week-end dernier j'ai trouver la force d'en faire... la
semaine je suis tellement épuisé que je mange et hop au lit... J'espère que ce n'est qu'une passade et que je vais retrouver la force d'en  faire un chaque soir...
Quand au livre c'est tou nouveau pour moi pour le moment je lis dans les salles d'attente et en voiture quand ce n'est pas moi qui conduit. Avant je voulais systématiquement conduire, aujourd'hui
j'ai révisé mon jugement et j'en profite pour lire... J'ai pas gâché mon temps, il est précieux.
Gros Bisous
Jean-Yves